« J'étais devenue squelettique » : Justine Piluso (Top Chef) a mal vécu sa surmédiatisation

Aux commandes d’une émission culinaire sur Téva, la jeune cheffe fourmille de projets. Pourtant, cette dernière a eu du mal à gérer la médiatisation au début. Dans les colonnes de Télé Star, elle s’est longuement confiée sur cette période complexe.

Après un passage remarqué dans l’émission Top Chef, Justine Piluso a fait son retour sur le petit écran. Tous les dimanches sur Téva, elle initie les foyers français au batch cooking. En clair, l’art et la manière de cuisiner en une seule fois les menus de toute la semaine. En parallèle, la jeune femme possède le restaurant Cappiello, qui avait été classé en tête du site TripAdvisor. Une surmédiatisation que la jeune femme a eu du mal a gérer. “Cette période est la plus difficile qu’on ait traversée. C’était cauchemardesque, on était pris dans un tourbillon médiatique. On pleurait, j’étais devenue squelettique à force de maigrir. Je souhaite donc que le prochain marche aussi bien, mais il faudra que l’on soit prêts. Le buzz ont doit savoir le gérer”, a-t-elle confié dans les colonnes de Télé Star.

La jeune cheffe envisage néanmoins a l’ouverture d’une second restaurant quand la conjoncture le permettra. Comme elle l’explique à nos confrères, la crise de la Covid 19 a freiné l’évolution des restaurateurs. “Il va falloir que l’on attendre car la conjecture n’est pas favorable. Mais si l’on veut prendre du temps, c’est aussi pour proposer une offre adaptée du monde actuel. Aujourd’hui, on demande aux professionnels de la cuisine, d’avoir toutes les casquettes de l’expert, de l’hygiène au community manager en passant par le financier, ce n’est pas tenable”, a-t-elle expliqué. Et de poursuivre : “Ils ont le couteau sous la gorge. Il y a quelque chose à changer si l’on veut que les indépendants puissent continuer à faire leur métier.”

Une situation dramatique

Il y a quelques jours, le chef Michel Sarran avait notamment alerté sur la situation dramatique des restaurateurs face aux mesures prises par le gouvernements. Nous mépriser comme ça, c’est très difficile à accepter. En contrepartie le gouvernement ne nous propose rien. On a aucune aide concrète, on est littéralement abandonnés, beaucoup de professionnels ne s’en relèveront pas, avait-il expliqué sur RMC. L’auteur de la tribune adressée au président de la République en octobre dernier, signée par de nombreux chefs, était notamment revenu sur l’impact de la crise et les dégâts économiques.

Crédits photos : M6

Click Here: FIJI Rugby Shop

Leave a Reply