Strasbourg : Un œnologue créé des vins au fond de son garage

En Alsace, on connaissait la route des vins entre Marlenheim et Thann. Il y a désormais une nouvelle étape : le garage d’Igor Monge à Strasbourg.L’œnologue a appris l’assemblage des cépages à Bordeaux et a décidé de produire du vin sous le nom de Niderwing avec les meilleurs cépages alsaciens dans son garage.En vente sur son site en ligne mais aussi chez une douzaine de cavistes de la ville, ses vins blancs secs et ses vins orange ont du succès. Son premier millésime, en 2021, lui a permis de produire près de 4.500 bouteilles dont 1.000 environ de vins orange.

Du fond de son petit garage, Igor Monge sublime de délicats breuvages. Et ce, en plein Strasbourg. Des vins secs obtenus grâce à l’art de l’assemblage appris à Bordeaux et produit avec les meilleurs cépages alsaciens même si historiquement et culturellement, les vins d’Alsace sont monocépages. Il produit ainsi des vins blancs secs et des vins orange à partir de Pinot Gris, de Riesling ou bien encore de Gewurztraminer. Tout comme en cuisine (son autre passion), l’œnologue « accommode les saveurs », les fait « raisonner », teste, invente et travaille ses vins obtenus à partir de raisins bio cultivés à proximité de Strasbourg.

Click Here: Brazil football tracksuit

Ingénieur, Igor Monge est passé par la Bourgogne, le Bordelais, la Nouvelle-Zélande ou l’Alsace pour se former mais aussi par tous les métiers du vin : de la vinification au négoce, de la production artisanale à celle industrielle. A présent, il crée ses propres vins en ville, sous le nom de Niderwind, au fond d’un garage à  Neudorf. Un simple box, vide de toute voiture et « orienté au nord pour une question de température et d’hygrométrie », précise l’œnologue.

La première « winerie urbaine » de Strasbourg

Là, il a installé ses fûts et son chai et élève et embouteille artisanalement sa production. Seule la vinification est encore, pour l’instant, faite sur des domaines viticoles car il n’a pas la place d’avoir un pressoir dans ce petit local. « Et puis c’est aussi le moyen de faire quelques économies » en attendant des temps meilleurs, reconnaît Igor Monge. Son garage est devenu en quelque sorte la première « winerie urbaine » de Strasbourg. Un concept qui commence aussi à se développer à Paris, à New York ou à Amsterdam.

Comme l’œnologue ne possède pas de vignes, il achète son raisin chez des viticulteurs, de Dorlisheim, Wolxheim et Balbronn qu’il connaît depuis une quinzaine d’années. Tous sont situés à moins de 30 km de Strasbourg. Tout comme il connaît leurs vignes et leur production certifiée en agriculture biologique ou en biodynamie, sans herbicide ni produit de synthèse.

L’idée est venue de « mon envie de proposer un vin différent et d’appliquer ici cette technique que j’avais longuement pratiquée à Bordeaux », sourit Igor Monge. Mais son aventure a bien failli capoter dès son lancement. Alors qu’il venait de quitter son emploi dans une société viticole alsacienne et s’apprêtait à lancer son projet est arrivé mars 2020… et le coronavirus. Privé soudainement de débouchées et de perspectives économiques, il s’est accommodé d’un simple garage. Suffisant cependant pour installer tout son matériel. « C’était ça ou abandonner, et comme je n’aime pas avoir de regret, je me suis lancé », explique l’œnologue.

Depuis, il développe sa petite entreprise en attendant des vents meilleurs. Et il parfait ses « vins de ville » et mais surtout « d’exception », souligne-t-il, qui ne reçoivent que des félicitations. Servis sur les tables d’une dizaine de restaurants strasbourgeois, en vente sur son site en ligne mais aussi chez une douzaine de cavistes de la ville, ses vins blancs secs et ses vins orange ont du succès.

Son premier millésime, en 2021, lui a permis de produire près de 4.500 bouteilles dont 1.000 environ de vins orange, produit à partir de l’infusion de la peau de raisins de Gewurztraminer, dont il tient sa couleur originale, rehaussée d’une pointe de Riesling. De celui-là, il n’en reste d’ailleurs plus. Pour le millésime 2022, Igor Monge espère sortir plus de 6.500 bouteilles. Prochaine étape, trouver un nouveau local, plus grand mais surtout « toujours en ville », c’est aussi ça le concept.

Strasbourg
Dry January : Une cave d’Alsace produit deux vins désalcoolisés
Strasbourg
Strasbourg : Ça pétille à nouveau pour le crémant d’Alsace

Leave a Reply